top of page
Rechercher

de la campagne à la ville


Dessin © Le Bestiaire Rouge / Aurélie Portier

JE SUIS un corvidé réputé particulièrement intelligent. Je mémorise beaucoup de choses ! Je peux me reconnaitre dans un miroir, ainsi on dit de moi que j’ai une consience de soi... Je suis bien identifiable grâce à mon plumage noir iridescent présentant des reflets métalliques verts, bleus et violets. Je mange de tout ! Surtout au sol... Invertébrés (insectes, limaces...), fruits, graines, œufs, petits d’autres oiseaux, charognes, détritus des humains (en ville, j’ai appris à percer les sacs poubelle)... Je ne chante pas, je bavarde ! La saison de nos amours commence dès la fin février... Nous construisons plusieurs nids dans des grands arbres dont un seul sera occupé au final. Je nourris ma compagne qui couve seule durant un peu moins de trois semaines.



A l’instar du corbeau, la pie bavarde possède une capacité d'apprentissage qui lui permet de s'adapter aux changements de son environnement

Sédentaire, j’aime de plus en plus vivre et nicher dans le voisinage des humains et de ses habitations ou encore dans ses espaces verts. Depuis quelques décennies, on nous trouve d’avantage dans les villes et villages... Tenue pour responsable d’un déclin des passereaux (qui a bien d’autres causes que la prédation, d’origine humaines, comme la disparition des haies et l’usage de produits phytosanitaires), je suis victime d’un classement infondé parmi les nuisibles... Notre population a fortement régressé dans les milieux ruraux, notamment en France où notre effectif a diminué de près de 70%, victime de la chasse et du piégeage...


Face à la chasse et surtout au piégeage dont elle est victime en milieu rural, la pie, autrefois campagnarde, trouve refuge dans les zones urbaines et péri-urbaines

* * * * *


Sources, Références & Inspirations :

Apprendre à cohabiter avec la pie bavarde avec la LPO :


Autres sources :



16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page