top of page
Rechercher

"l'auxiliaire" des pins aroles


Dessin © Le Bestiaire Rouge / Aurélie Portier

JE SUIS un corvidé sédentaire, dépendant des ressources alimentaires que je peux trouver dans mon milieu. Je suis surtout végétarien. Mon menu se compose principalement de graines de pins ou de conifères, parfois de noisettes, que je transporte en grande quantité dans une poche sous ma langue. Je récolte au sol à l’automne des réserves de graines pour l’hiver que je conserve dans des cachettes dispersées sur mon territoire. Je les retrouve pour la plupart le moment venu grâce à ma mémoire et à mon sens de l’orientation. Je peux me nourrir de proies animales (insectes, araignées...) ou de baies lorsque les graines viennent à manquer. Je me mets en couple pour la vie ! Grâce à nos réserves alimentaires, nous pouvons nous reproduire dès la fin de l’hiver et nourrir nos jeunes avec les graines.



En France, on retrouve le cassenoix en altitude dans les forêts de conifères, notamment dans les Alpes du Sud où se trouve le pin Arole (Pinus Cembra) avec lequel il est étroitement associé

Nous construisons notre nid de taille volumineuse à grande hauteur dans un conifère. Nous assurons à deux la couvaison de nos œufs. Nos petits restent longtemps dépendants de nous après leur envol, ils participent à la récolte des graines. Favorable en Europe, notre population décline en France, notamment dans les Alpes où se trouvent les cembraies (forêts de pins Cembro ou Aroles). Notre habitat est morcelé par les stations de sport d’hiver et se raréfie avec les coupes de bois. La pollution atmosphérique accélère également la dégradation de la forêt. En raison de notre dépendance vis-à-vis des graines du pin Arole, les années à faible production de cônes ont une incidence directe sur notre survie et le succès de notre reproduction... Notre raréfaction a un impact sur la régénération du pin, qui a besoin de notre concours pour se réensemencer...


En perdant accidentellement des graines en vol, notamment les cônes de pins Aroles, il joue un rôle actif dans la dispersion

 Des solutions pour le cassenoix moucheté : la Protection des forêts


Dans le cas des Alpes du Sud, la cembraie a régressé sur de nombreux versants... Bien adaptés à la haute altitude, les pins Aroles constituent la dernière barrière de protection contre l’érosion. Leur croissance est lente et leur forêt longue à se reconstituer. Tout programme d'exploitation devrait en tenir compte et rester limité pour préserver leur rôle écologique.


* * * * *


Sources, Références & Inspirations :



13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page